Le m-commerce, la nouvelle marche à suivre

Quelques clés pour réussir sa stratégie m-commerce

Publié le :

Dans : Points de vue

Les 5 clés pour l'adoption d'un projet par vos utilisateurs

Selon une étude d’Opinion Way, il existe aujourd'hui environ 140 000 sites e-commerce en France.  Ce très grand nombre laisse la possibilité à l’internaute de comparer parmi une multitude d’offres et de services. Il est donc primordial, pour se démarquer, de s’adapter aux attentes de ce cyberacheteur maintenant au centre de toutes les convoitises.


En peu de temps, le e-commerce a pris une nouvelle forme…

Bien que le e-commerce ait continué son ascension en 2013 avec quelques 33,8 millions de cyber-acheteurs, il semble avoir profondément évolué. En effet, cette hausse croissante de 38,5% en quatre ans semble être en adéquation avec l’arrivée des smartphones ainsi que des tablettes tactiles qui ont profondément transformé ce secteur en le diversifiant et en offrant à l’internaute la possibilité de comparer et de consommer en tout lieu et à toute heure.

En effet,  comme nous l’avons analysé dans notre article les usages d’internet en France, le mobile et les tablettes sont devenus en quelques années de réels supports d’achat pour les internautes. Ce nouveau mode de consommation porte même un nom : le m-commerce. Ce dernier a d’ailleurs connu un réel engouement puisqu’au premier semestre 2013, le chiffre d’affaires du m-commerce a  connu une hausse de 120%. Bien le que e-commerce soit encore grandement majoritaire,  1 utilisateur de smartphone sur 2 a déjà effectué un achat avec son terminal mobile, ce qui représente une hausse de 60% par rapport à l’année  précédente.  

… qu’il est nécessaire de prendre en considération…

Ce phénomène fait écho au contexte sociétal qui n’a cessé d’être propice à l’essor du m-commerce. En l’espace de deux ans, les ventes de ce dernier ont sextuplé.

Comment expliquer un tel engouement ?

 

  • Baisse du prix des terminaux mobiles : de nouveaux acteurs sont entrés sur le marché des smartphones et des tablettes tactiles  en proposant des outils aussi performants mais à des prix abordables.  Ainsi les ventes des tablettes ont tout simplement doublé en 2013, devançant même celles des ordinateurs fixes et portables.
  • L’arrivée de Free Mobile : le nouveaux venu sur le marché des opérateurs mobiles a redistribué les cartes en terme concurrence en proposant des forfaits aussi performants que ses rivaux mais des prix significativement moins chers.

  • Passage de la 3G à la 4G : le réseau est devenu plus rapide favorisant ainsi l’accès aux utilisateurs qui souhaitent se connecter via leurs terminaux mobiles.

  • Amélioration du paiement via mobile : en septembre 2013, les banques françaises ont lancé Paylib, une réplique de Paypal améliorant ainsi les conditions de paiement du cyber-acheteur.

 

Bien que le e-commerce conserve son avance confortable avec plus de 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires face au 3 milliards du m-commerce, ce dernier a déjà un an d’avance sur son grand frère. En effet, selon le magazine Challenges, "il a fallu près de quatre ans au commerce en ligne pour dépasser les 3 milliards d’euros de ventes. Il en a suffi de trois au m-commerce" (article à lire ici)  . Enfin les e-commerçants possédant un site ou une application mobile  réalisent déjà 7% de leurs ventes à distance grâce à ce dernier. 

… afin de proposer une stratégie digitale efficace

Afin de s’adapter aux évolutions qu’engendre le m-commerce, voici quelques solutions à envisager dans le but de réussir sa stratégie digitale.

Travailler sa communication

Bien que cela soit identique pour le e-commerce, il est nécessaire de garder deux objectifs à l’esprit afin de ne pas oublier les fondamentaux d’un site de vente à distance.

 

  • Véhiculer un gage de confiance et de qualité : l’image du site (ou de l’application) est l’un des principaux facteurs incitant l’acte d’achat. Plus il sera à l’écoute de ses usagers, plus son image sera positive.
  • Contextualiser l’offre et la promouvoir l’offre seule fonctionne moins que si elle est intégrée dans un contexte. Avec les réseaux sociaux, le clients ne reste plus passif : il communique avec vous, vous interpelle. Il faut donc capter ses messages afin de lui proposer l’offre la plus optimale au moment opportun.

  • Diffuser l’offre en utilisant les outils adaptés : pour diffuser et faire connaître votre offre, plusieurs solutions peuvent être mises en place. L’élaboration d’une campagne Adwords permettra d’augmenter rapidement et efficacement la visibilité de votre site ou application. L’appel à un (bon) community manager permettra de faire vivre votre site internet sur les plate-formes communautaires et sera vecteur de liens entre la marque et ses clients. Évidemment, cette liste est loin d’être exhaustive, il existe d’autres vecteurs de communication pouvant répondre à votre problématique.

Prêcher la bonne parole

Une stratégie e-commerce ne doit pas négliger ce qui peut réellement augmenter sa notoriété positivement auprès de la cible que l’on souhaite toucher : les ambassadeurs.  Qu’il soit simple aficionado ou blogueur influent, l’ambassadeur aura un rôle de prescripteur auprès de la communauté que vous souhaitez viser.

Améliorer l’expérience utilisateur

Une bonne expérience utilisateur nécessite une connaissance optimale de ses clients ainsi que de leurs  usages. Avoir une cible qualifiée permet de mettre en place des solutions qui sauront répondre à leurs attentes.

 

  • Faciliter l’utilisation : le fait d’avoir défini la cible va permettre en place une ergonomie qui répondra efficacement aux attentes des utilisateurs. Cela fournira aux internautes un confort de navigation optimale répondant à leurs besoins et à leurs attentes.
  • Favoriser le multi-support le mobile est une plate-forme à part entière c’est pourquoi il est nécessaire de l’intégrer durant l’élaboration de sa stratégie digitale. Choisir de diversifier ses supports, c’est améliorer la possibilité d’être visible par sa cible et donc d’augmenter ses ventes.

Générer du dialogue

Le social shopping, à l’instar des ambassadeurs, repose sur l’idée selon laquelle une recommandation d’une personne différente du vendeur a plus de valeur et de crédilibité. Il faut donc privilégier ce mode de communication en le mettant en place sur ses différentes plate-formes.


En conclusion...

La consommation sur internet est aujourd’hui devenue quelque chose de normale. En effet, alors qu’une simple présence était un critère différenciant à l’apparition du e-commerce, elle ne l’est plus à présent. Avec l’arrivée du m-commerce, qui a provoqué un renouveau du commerce en ligne; les usages des internautes et mobinautes ont évolué tout comme leur manière de consommer.

Enfin, le m-commerce semble générer un “renouveau des magasins physiques” en favorisant l’expansion du web-to-store. De fait, les consommateurs semblent rechercher davantage des informations sur les produits qui les intéressent avant de les acheter dans les magasins (source le journal du net).

Parmi toutes les opportunités qu’offre aujourd’hui Internet pour les e-commerçants, le réel enjeu est donc de construire une stratégie marketing pertinente et en accord avec les usages des consommateurs sur les plate-formes digitales et mobiles, et de mettre en place les outils permettant de sortir son épingle du jeu.

Revenir

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le avec vos réseaux !

À propos de l'auteur

Ewen

Stagiaire webmarketing

Étudiant à l'université Rennes 2 en licence 3, le marketing et la publicité sont mes deux centres d'intérêt. Je souhaite devenir Planneur Stratégique afin de m'orienter vers la stratégie marketing digitale et la veille informationnelle. Mon rêve : travailler un jour chez Google !